Concert de Nobuo Uematsu à La Cigale (18/11/2012)

> Audio sur Youtube : Concert Nobuo Uematsu La Cigale 18/11/12 Partie I

Dimanche dernier, à cette heure, j’étais assise dans la charmante salle de La Cigale, à écouter les airs magiques composés par Nobuo Uematsu pour de nombreux jeux vidéos, dont les plus connus sont, évidemment, la suite de Final Fantasy.

Nobuo Uematsu se produisait alors pour la troisième fois en France, c’est-à-dire qu’il venait également de donner un concert le vendredi et samedi précédent… C’est également la première fois qu’il joue avec si peu de personnes (ils étaient trois sur scène).

Aucun des membres du groupe ne parle français (ou peut-être anglais), du coup nous avons eu droit à un traducteur… et c’est tant mieux, car M. Uematsu s’arrêtait toutes les deux chansons pour expliquer ce que nous allions, ou venions d’écouter, et ajouter une anecdote en rapport.

Il a beaucoup d’humour ! Et il est parvenu à installer un climat amical avec les spectateurs qui, même s’ils ne parlent pas tous japonais, ont tout de même réussi à comprendre la plupart des ses plaisanteries.  Il a commencé le concert en signalant que son bassiste avait besoin de s’accorder, et a donc passé le temps en offrant des cacahouètes à ses musiciens, puis au premier rang de l’audience.

Lesdits musiciens avaient également répété leur rôle, puisqu’ils ont su nous faire rire. Lorsque M. Uematsu leur a demandé de se présenté, le bassiste a commencé par testé le micro : “ah, ah, ah ! Bonjour, j’adore la France… beaucoup, beaucoup, beaucoup !”. Puis se fut le tour du pianiste : “ah, ah, ah ! Bonjour, j’adore les françaises… beaucoup, beaucoup, beaucoup !”. Je vous laisse imaginer les éclats de rire.

Mais venons-en au coeur du spectacle : la musique elle-même. Bien entendu, les musiques de Nobuo Uematsu ne sont pas réputés pour rien ; mais plus encore, les entendre en direct est une expérience incroyable. En effet, ces musiques sont, bien que souvent simples, chargées d’une intense portée émotionnelle, qui les rend absolument vivantes : c’est comme si chacune d’elle racontait une histoire.

Nous avons pu, bien entendu, écouter des musiques de Final Fantasy, mais aussi certaines d’autres jeux vidéos tel que Blue Dragon, Lost Odyssey, The Last Story… et même, en avant première, le thème d’un jeu toujours en court de développement. Nous avons également eu droit à quelques minutes d’une musique d’ambiance composée pour accompagner des séances de cure par imposition des mains… Et des versions originales, puisque M. Nobuo, qui n’est pas encore habitué à jouer en formation si réduite n’a pas encore beaucoup de morceaux à jouer de cette manière, a tout de même cherché à offrir quelque chose de nouveau par ce concert.

Un très bon moment, merci au groupe de Nobuo et à ses organisateurs La Fée Sauvage !

Laisser un commentaire

Retour en haut